jeudi 29 octobre 2009

SAP Xcelsius comparé à Qlikview, Webi, WAD, Crystal, …

http://www.expandbi.com/?p=123

"24 avril 2009 par: Laurent ALLAIS

Fonctionnalités principales de Xcelsius

Parmi les modes de restitution de l’information, les tableaux de bord sont a priori les plus evidents et les plus simples. Il s’agit de représenter les indicateurs clés sous forme de graphiques et de tableaux. L’outil le plus répandu pour ce faire reste Excel, qui offre une grande souplesse de réalisation mais interdit toute mise en oeuvre dans un environnement complexe, automatique et partagé.

Xcelsius est l’outil phare de SAP Business Objects pour ce faire. Il n’est pas le seul de la gamme, mais il est présenté par SAP comme celui dont les possibilités seront développées à l’avenir. La particularité d’Xcelsius est qu’il était créé à l’origine pour permettre une représentation graphique des données modélisées dans une feuille Excel. Son nom vient de l’intégration entre Excel et la restitution graphique.

xcelsius

Cliquez pour voir l'exemple en Flash

Voici ses principales caractéristiques, dans la version XI R3 :

  • >Les données utilisées par les graphiques sont stockées au final dans une feuille Excel intégrée, ce qui permet une grande souplesse, la modélisation de calcul complexes et des interactions puissantes avec l’utilisateur.
  • >C’est une solution ouverte, qui peut être alimentée par plusieurs sources, telles que des univers via LiveOffice ou des web services.
  • >Elle peut être utilisée en standalone, ou bien avec un serveur BOE (pour un accès via le portail Infoview).
  • >Le résultat est représenté par un fichier Flash, qui contient les objets, les connexions, la modélisation Excel, etc. Ce fichier est portable et peut être intégré aussi bien dans une présentation ppt que sur une page html.
  • >Le tableau de bord peut être composé de nombreux éléments, en interaction les uns avec les autres, et dont on peut paramétrer le comportement, le format..(listes, boutons, tableaux, etc, etc).
  • >Le rendu, en flash, est de très bonne facture et autorise par exemple des animations, des interactions, des sélections, etc.
  • >La création des tableaux de bord est réalisée par des KeyUsers et non par les utilisateurs eux-mêmes.

Voici quelques comparaisons avec d’autres outils.

Xcelsius vs Crystal

Crystal donne la possibilité de créer des tableaux de bord également. L’avantage de Crystal est sa capacité à se connecter directement et de manière autonome à toute source de données, contrairement à Xcelsius qui passe par des webservices ou LiveOffice.

Crystal permet de créer des états de reporting qui combinent des listings et des graphiques, pour une restitution en stand alone ou en mode web. De nombreuses fonctionnalités permettent de personnaliser les données sur la base des zones des tables lues. C’est l’outil parfait pour des reports opérationnels en liste.

crystal21

On peut donc mettre au point des tableaux de bord avec Crystal, mais l’ergonomie finale est moins agréable d’Xcelsius et la logique de modélisation des données via les fonctions s’avère plus complexe que l’utilisation de la feuille Excel.

Xcelsius vs Webintelligence

Webintelligence est la solution d’analyse de données en mode web. A partir d’un univers (ou d’une source locale avec la version standalone), il est possible pour tout utilisateur de créer une requête et de mettre en page des tableaux et des graphiques.

La résultat final est agréable et l’ergonomie est très appréciée des utilisateurs. C’est une solution qui a vocation à être utilisée librement par chacun. Il est aussi possible de préparer des états non modifiables et distribuables automatiquement.

webi2

Par rapport à Xcelsius, il présente donc l’avantage d’être facilement accessible par les utilisateurs pour leurs propres analyses. La limite réside dans sa simplicité. Webintelligence permet de construire des états simples composé de tableaux et de graphiques, alors qu’Xcelsius permet de construire des tableaux de bord riches, personnalisés, interactifs et sur plusieurs sources modélisées dans une feuille Excel.

Xcelsius vs Web Application Designer

Web Application Designer est la solution de mise en page des interfaces utilisateur de SAP NetWeaver BI (BW). Il permet également de combiner des éléments divers tels que tableaux, graphiques, listes, boutons de fonctions, etc.

Contrairement à Xcelsius, WAD repose sur une seule source possible qui est le DataWarehouse BW, via les requêtes du Business Explorer. Ces requêtes viennent directement alimenter les éléments constitutifs de la page (tableaux, listes déroulantes). Les principaux événements ont lieu en relation avec ces requêtes (filtrer, naviguer, afficher…).

L’intérêt du WAD est de permettre de combiner des états de navigation multidimensionnelle, des graphiques, des écrans de saisie et des boutons pour lancer les fonctions de budgétisation d’Integrated Planning. Il est également possible de modifier directement le code html ou d’ajouter du java. Le résultat peut être publié directement dans le portail via les Iviews générés par le Wad.

wad2

Le WAD présente donc l’avantage de réunir dans un seul et même outil toutes les fonctionnalités de mise en page, et d’être parfaitement intégré. Par rapport à Xcelsius, il offre une qualité de restitution inférieure et reste mono-source ce qui limite son emploi à un cadre 100% BW.

De plus, les liens entre les objets peuvent s’avérer complexes à gérer, contrairement à l’utilisation du modèle Excel dans Xcelsius qui représente de manière claire les différentes interactions.

La Roadmap de SAP prévoit qu’il ne sera plus développé, mais il reste cependant très employé et demeure aujourd’hui nécessaire dans le cas de création de reporting dans BW et, surtout, de solutions integrated planning.

Xcelsius vs Visual Composer

Visual composer fait partie de CE (composition environnement), il s’agit donc d’un outil de développement d’applications composites, basées sur tout système ERP, BI ou autre. L’objectif d’un tel outil est de faire tomber les frontières entre ces systèmes et de fournir à l’utilisateur tout ce dont il a besoin pour travailler. Les tableaux, graphiques et formulaires sont liés les uns aux autres par des relations logiques paramétrées visuellement. Par exemple, on peut combiner la création des commandes (ERP) avec le niveau des stocks (BI). La sélection d’un article à commander met à jour automatiquement l’état sur son niveau de stock.

Visual Composer peut utiliser des données venant de tout système, notamment de BW mais aussi d’autres sources BI, et les présenter sous forme de tableau ou de graphiques. La restitution sera en mode flash.

vcomposer

Par ces aspects, c’est sans doute l’outil le plus proche de Xcelsius, mais la comparaison s’arrête là car Visual Composer a une vocation beaucoup plus large (contruction d’applications composites). Par ailleurs, si le rendu est excellent, il dispose de beaucoup moins d’objets et de possibilités de mise en forme et de paramètres pour chaque objet.

Il ne repose pas sur une feuille Excel mais lit ou écrit dans la base de données via des web services. Les liens entre les objets sont représentés visuellement.

Si l’on s’en tient uniquement au besoin de restitution “tableau de bord”, Visual Composer permet de créer des tableaux de bord ergonomiques, simples, intégrés, restitués uniquement dans le portail NetWeaver et alimentés de toutes sources. Ses limites dans ce domaine par rapport à Xcelsius concernent la facilité de création, la diversité des objets et leur personnalisation, la puissance du modèle dans Excel et la portabilité du flash.

Xcelsius vs MS ReportBuilder

MS Report Builder est l’outil de création de tableaux de bord de Microsoft Business Intelligence. Il peut être utilisé en standalone, et les états sont publiés par MS SQL Server Reporting Services. La logique de mise en page est relativement proche de Webintelligence en version standalone (rich client), car il est possible de se connecter à toutes sources puis d’utiliser les données sources dans les tableaux et les graphiques.

Cet outil est relativement récent et offre uniquement les fonctions fondamentales. Il peut cependant convenir pour des besoins simples de reporting et de tableaux de bord. Contrairement à Webi, il n’est pas possible de créer et modifier les tableaux en mode web.

Par rapport à Xcelsius il existe de nombreuses différences : pas de modèle Excel, pas de Flash, obligation d’utiliser le portail SSRS ou l’outil standalone, peu de type d’objet, etc.

Xcelsius présente donc des avantages sur tous les points. Cependant, la logique de Microsoft est de proposer un outil simple et bon marché répondant au strict besoin d’information.

Xcelsius vs QlikView

Le principe de QlikView est de charger en mémoire serveur les données des systèmes sources, et d’en permettre l’analyse via des tableaux de bord en mode web. La sélection est ensuite effectuée sur les données en mémoire. Pour webi et BW, si la navigation a également lieu sur les données en mémoire, la lecture initiale se fait en général sur la base de données du datawarehouse, sauf utilisation du BI-Accelerator et, pour BW, du cache query.

qv3

En effet, dans BW les données ont été chargées selon un process spécifique, préparées et stockées dans le datawarehouse et éventuellement mises en mémoire dans le BI-Accelerator. Dans ce cas, toute requête se fait dès le départ sur les données en RAM et les temps de restitution sont très courts.

Le principe de sélection de QlikView permet de n’appliquer des filtres successifs que sur les combinaisons existantes, quel que soit l’ordre des filtres que l’on veut appliquer. Cette méthode est assez proche du modèle du Web Application Designer, où chaque action s’opère sur un “DataProvider”, c’est à dire un set de données stocké en mémoire et permet d’appliquer des filtres successifs tenant compte des données déja filtrées.

En revanche, Xcelsius n’applique pas cette méthode de filtres successifs et reste classique dans sa démarche de sélection. Chaque axe est filtré indépendamment, mais ce comportement peut être adapté par un modèle Excel approprié.

En matière de tableaux de bord, Xcelsius sera en revanche bien plus ergonomique et puissant et présentera l’avantage déja évoqué plus haut du flash portable et de la page Excel embarquée.

En conclusion générale, Xcelsius présente de nombreuses qualités, tant sur l’ergonomie de restitution ou sur la puissance de modélisation et de distribution. Selon les besoins et le contexte du client il sera toutefois utile de comparer en détail les fonctionnalités pour identifier la solution la plus adaptée."

1 commentaire:

  1. Votre comparaison entre MS Report Builder et Xcelsius est limitée. Car il faut comprarer avec la suite complète de Microsoft en y intégrant également SSRS qui est l'équivalent de Webi/Crystal. Cet outil peut intégrer des tableaux avancés et des graphes ou jauges 3D. Certes, l'animation Flash d'Xcelsius n'est pas présente mais les possibilité de réalisation de reporting sont dignes de ce que propose les leaders du marché (BO/Cognos). Et bien moins chers si vous possèdez déjà des licenses de bases de données SQL server...

    Mais c'est vrai que pour vendre un projet décisionnel à un directeur général, Xcelsius, il n'y a rien de mieux...

    RépondreSupprimer